Pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font

Dutilleux

Imaginez : nous sommes en 1941, vous avez 25 ans. Jeune musicien talentueux, le Régime de Vichy vous passe commande pour composer la musique d’un film de propagande vantant les mérites du sportif et ouvrier modèle vichyssois. Bien que vous abhorriez le Maréchal et sa clique, vous acceptez. Peut-être parce qu’il n’aurait pas été prudent de refuser, ou bien encore tout simplement parce que les temps sont durs et que vous ne pouvez pas vous permettre d’être trop regardant : il faut bien vivre.

Par la suite (en 1942), vous rejoignez le Front National des musiciens, organe de résistance qui n’a bien entendu rien à voir avec le sinistre parti politique (un parti d’extrême-droite sinistre, c’est un oxymore, non ?). En 1944, vous mettez en musique, clandestinement, le poème d’un résistant emprisonné à Toulouse.

Puis vient la Libération, les choses reprennent leurs cours normal et vous devenez l’un des plus grands compositeurs français. Vous êtes acclamé aux quatre coins du globe, en 2003 vous est conférée la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur (la plus haute distinction délivrée par l’État français), vous recevez en 2005 le prix Ernst von Siemens, considéré par certains comme le « prix Nobel de musique ». À noter que vous avez également été lauréat du Premier Grand Prix de Rome en 1938. Bref, vous méritez de la patrie bien plus qu’un autre. Pourtant, lorsque vous vous éteignez, à 98 ans, aucun représentant de l’État n’assiste à vos funérailles et les médias vous consacrent au mieux quelques lignes, parce que Georges Moustaki est mort un jour après vous et vous comprenez bien que son apport à la musique était autrement plus conséquent que le vôtre ! Mais qu’importe… Les mélomanes, les épris de beauté et de poésie sont là et ne vous oublient pas.

Mais voilà qu’en mars 2015, une bande de peigne-culs philistinocrates entendent souiller votre mémoire et vous condamner à la damnatio memoriæ parce que, voyez-vous, votre participation à ce film de propagande aussi oublié qu’inoffensif fait de vous un salopard de collabo.

L’exercice d’imagination est terminé. Vous étiez Monsieur Henri Dutilleux : résistant, génie, humaniste, héros de la musique française pour les siècles des siècles. Vous étiez le visage d’une France dont on voudrait qu’il soit le seul, d’une France lumineuse chérissant et défendant sans concession les trois idéaux de sa devise. Vous étiez de ces Grands Hommes que la patrie prétend reconnaître.

Et pourtant, la Mairie du IVème arrondissement de Paris voudrait vous refuser une vulgaire plaque commémorative sur l’immeuble que vous occupiez.

Parce que chez ces gens-là, on ne pense pas Monsieur. On ne pense pas…

Signez la pétition : Non à la calomnie sur Henri Dutilleux !

Et écoutez :

4 réflexions sur “Pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font

  1. Spapam

    J’arrive un peu tard pour signer la pétition mais comme l’affront semble avoir été réparé, j’ai moins de remords! Très bel article, merci!
    Par contre, vous n’auriez pas confondu oxymore et pléonasme…?
    Continuez comme ça en tout cas!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire et vos encouragements 🙂
      En revanche, je ne me suis pas trompé : je voulais bien dire oxymore. Je vous renvoie pour cela à la racine du mot « sinistre », qui vient du latin « sinistra » signifiant « gauche ». Vous n’êtes pas le premier à me faire cette remarque, c’est un bonne chose que je puisse répondre dans les commentaire !
      Au plaisir de vous relire,

      Lawrence

      J'aime

Laisser un commentaire (attention : les fautes de français seront traquées et corrigées sans pitié !)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s